Noël, l’invention du père Noël

Noël, avent, bricolages, coloriages, mandalas,  jeux, tests, cuisine, déco, histoires, cartes, crèches, fées, saint Nicolas, Sainte Lucie, couronnes…

Le père Noël est vieux, mais pas tant que ça. Il ne date que du 19ème siècle.  En Amérique comme dans de nombreux pays d’Europe, c’est Saint Nicolas qui distribuaient les cadeaux aux enfants.

Et puis à l’occasion de noêl, un monsieur fort sérieux, voire coincé, mais qui aimait beaucoup ses enfants écrivit un poème  sur l’arrivée de Saint Nicolas. Malgré son sérieux, ce monsieur qui s’appelait Clément Moore se permit de transformer le sérieux évêque en joyeux petit elfe et de le doter d’un traîneau tiré par huit rennes.

santa_claus50L’année suivante, le poème fût publié et commença à être connu. En 1860, un illustrateur-caricaturiste, Thomas Nast, lui donne ses premiers traits. Enfin, on donne un nouveau titre à l’histoire « c’était la nuit avant noël » et la distribution des cadeaux aux enfants change de date. Elle se fait maintenant la nuit de noël.

Le père noêl était inventé et en route pour une fabuleuse célébrité.

Pratiquement dès sa création, le père noël a été doté de son look de vieux bambocheur, joues rouges, ventre rond et grande barbe blanche.

Ainsi dans cette première carte de noël éditée par Louis Prang en 1885, on reconnait bien le bonhomme même si sa monture est un peu inhabituelle

coca

De 1931 à 1964, à la demande de coca cola qui désirait faire de sa boisson un produit pour toute la famille, un designer suédois, Haddon Sundblom, a créé chaque noël une image publicitaire à diffusion mondiale d’un père noël qui buvait du coca cola. Et il a finalisé son look : bordure rouge au costume, bottes et surtout il a fait prendre encore du volume au sympathique petit elfe.

Si tu ne veux pas finir comme lui, bois peu de coca, limite ta consommation de sucreries, de biscuits, de barres chocolatées et lâche toi avec les légumes, les fruits et l’eau.

Bouge aussi, parce qu’une seule sortie par an, assis dans un traîneau, même en faisant le tour du monde en 24 heures, ça ne suffit pas pour rester en bonne santé.

Plus d’infos pour manger, bouger . Et si tu ne sais pas comment t’y prendre pour consommer fruits et légumes sans que ça vire à la punition, va piocher des idées dans nos pages recettes.

C’était la nuit avant noël
Dans toute la maison
pas une créature ne bougeait, pas même une souris
Les chaussettes étaient pendues à côté de la cheminée avec soin,
dans l’espoir que saint Nicolas serait bientôt là
Les enfants étaient blottis endormis dans leurs lits,
et des visions de sucreries dansaient dans leurs têtes;
Et maman avec son mouchoir et moi mon bonnet de nuit,

venions juste d’embarquer pour un long sommeil d’hiver
Quand du coté de la pelouse s’éleva un tel vacarme,
Que je sautais de mon lit pour voir ce qui se passait,
Vers la fenêtre, je me précipitais en un éclair
J’ouvrais violemment les persiennes et me penchait par dessus la fenêtre
La lune sur le blanc de la neige nouvellement tombée
Donnait aux objets en dessous l’éclat de la mi-journée,
Quand, qu’est ce qui apparût devant mes yeux héberlués
Un minuscule traîneau et huit petits rennes.

Avec un vieux petit conducteur, si animé et si rapide.
Je sus aussitôt que ça devait être Saint Nicolas.
Plus rapide que les aigles ses coursiers arrivèrent
Et il sifflait et il criait et ils les appelait par leurs noms.
Maintenant Fonceur, Danseru, maintenant, Caracoleur et Renard !
Allez, Comète, allez Cupidon ! Allez, Tonnerre et Eclair !
En haut du porche ! En haut du mur !
Maintenant foncez ! foncez ! foncez !

Comme les feuilles mortes qui fuient devant l’ouragan
Et lorsqu’elles rencontrent un obstacle, montent vers le ciel,
Ainsi vers le haut de la maison les coursiers volaient,
Avec le traîneau plein de jouets et Saint Nicolas aussi.
Et alors, dans un pétillement, j’entendis sur le toit
Le bruit caracolant de chaque petit sabot.
Comme je m’appuyais sur ma main et était en train de me retourner ;
En bas de la cheminée, Saint Nicolas arriva d’un bond.
Il était habillé tout en fourrures, de la tête aux pieds,
Et ses habits étaient tout salis de cendres et de suie ;
Un Baluchon de jouets étaient jetés sur son dos,
Et il ressemblait à un colporteur qui vient d’ouvrir son paquetage.

Ses yeux – Comme ils étincelaient ! Ces fossettes comme elles étaient joyeuses !
Ses joues étaient comme des roses, son nez comme une cerise !
Sa drôle de petite bouche était remontée comme un arc,
Et la barbe de son menton était aussi blanche que la neige;
Il tenait serré le bout d’une pipe dans sa bouche,
Et la fûmée encerclait son front comme une couronne ;
Il avait un large visage et un petit ventre rond,
Qui tremblait quand il riait comme un bol de jelly.

Il était potelé et rebondi, un sympathique petit elfe;
Et je ris quand je le vis malgré moi ;
Un clignement d’yeux et un hochement de tête,
Et aussitôt, il me fit savoir que je n’avais rien à craindre ;
Il ne dit pas un mot, mais alla directement à son travail,
Et remplit toutes les chaussettes ; puis il se tourna d’un bond,
Et portant ses doigts à côté de son nez,
En me saluant, en haut de la cheminée, il grimpa ;
Il sauta sur son traineau, siffla sa troupe,
Et ils s’nvolèrent au loin comme la fin d’un éclair
Mais je les entendis s’exclamer alors que je ne les voyais plus
JOYEUX NOEL A TOUS, ET UNE BONNE NUIT A TOUS

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *