Ai Weiwei, the world goes pop, 2 Expos à Londres, automne 2015, celles qui font du bruit – 2 Exhibitions in London, autumn 2015, the most talked about

2 expositions passionnantes qui ont quelque chose en commun,, elles montrent un art provocateur, politique et social, non parce qu’il bavarde sur ces sujets, mais parce qu’il les incarne.
2 Fascinating exhibitions and they have something in common, they show an art provocative, political and social, not because it chitchats about touchy subjects, but because it truly embodies them.

Ai Weiwei at the royal academy of arts : Ends 13th december

Sa première exposition depuis que le gouvernement chinois lui a rendu sa liberté de circuler. His first exhibition since the Chinese government gave him back freedom of movement.

Une série de grandes installations  sur le thème des droits de l’homme, de la censure, de l’absence de liberté ainsi que sur la Chine et des réalisations étonnantes mêlant matériaux et techniques traditionnelles et art conceptuel.
Une installation notamment raconte ce qu’est le quotidien d’un prisonnier politique et nous le fait sentir mieux que tous les discours et les mots.
Une des choses les plus surprenantes est à quel point Ai Weiwei est occidental et chinois à la fois dans sa pratique artistique.
A series of large installations about human rights, censorship, lack of freedom, China as well as surprising works mixing traditionnal material and techniques. One installation in peculiar tells the daily life of a political prisoner and makes us feel it better than speeches and words. A discussion with Weiwei about the making of this work.
One surprising thing is to which point Ai Weiwei is both occidental and Chinese in his artistic pratice.

DSC_0914

The world goes pop at the Tate modern : Ends 24th January 2016

Parce que le popart ne se réduit pas à une poignée d’américains mâles et ne parle pas que de la culture de masse américaine.  Des artistes tout autour du monde et des deux sexes ont utilisé les codes pop pour faire passer leurs messages.

Because the pop art movement did not limit itself to a handful of male American artists and did not speak only of American mass culture. Artists worldwide and of both sex used the pop codes to carry their messages.

Politics, the body, domestic revolution, consumption, public protest, and folk – all will be explored and laid bare in eye-popping Technicolor and across many media, from canvas to car bonnets and pinball machines. La politique, le corps la révolution domestique, la consommation, la protestation publique et le folk – tout sera exploré et mis à nu dans un Technicolor flashy et sur de nombreux média de la toile aux capots de voiture et aux flippers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *