Le guide à l’usage des parents dont les enfants vont sur internet

C’est un article de quelques paragraphes, mais tout ce qui importe vraiment y est dit :
L’importance du sujet
La nécessité de s’intéresser sans fliquer, ni espionner
La valeur incomparable de la parole et de l’écoute des parents et du dialogue.

Recommandations aux parents qui ont des enfants sur internet

Les ados bloguent de moins en moins et utilisent de plus en plus les réseaux sociaux, normal !

Une évolution qui n’a rien de surprenant. J’ai,  pendant des années, observé le comportement des adolescents sur feu le forum kutchuk (requiescat in pace) que certains d’entre eux ont vu disparaitre avec beaucoup de regrets, parfois formulé avec véhémence.

Je pense que de nombreux ados ont longtemps blogué faute de disposer de réseaux sociaux. Bloguer, c’est une activité d’écriture au sens traditionnel – quand on dit « j’écris » comme on dit « je peins » – et une minorité des ados comme des adultes d’ailleurs aime, a besoin de s’y adonner.

Une nouvelle étude Pew vient d’être publiée qui décrit cette évolution. Elle est fondée sur les usages par les ados américains, mais je n’ai pas le moindre doute que l’on observera, avec un décalage éventuel dans le temps, exactement la même évolution en France.

14% des ados connectés bloguent aujourd’hui contre 28% en 2006. Leur nombre a donc été divisé par 2 en 4 ans ! Ils vont sur les réseaux sociaux,  ils vont donc aussi moins commenter les blogs de leurs amis. 3 sur 4 le faisaient, ils ne sont plus qu’1 sur 2.

Pendant la même période, la proportion de blogueurs adultes est restée à peu près constante : 10%.

En même temps, le pourcentage d’ados utilisant les réseaux sociaux est passé de un peu plus de 1/2 à 3/4. En même temps, leur utilisation des mails et des messageries privées type Msn a diminué.

Ils ont investi tous les grands réseaux sociaux sauf linkedin, franchement professionnel et sont de très petits  twitterers.

Enfin, en ce qui concerne leurs usages du net, quelques informations particulièrement intéressants :

– 62% des ados connectés consultent des actualités sociales ou politiques.

– 48% ont acheté en ligne (31% en 2006)

– 31% ont cherché des informations : santé, diététique et notamment sur les sujets délicats de la drogue et de la sexualité.

Si le terme sex est un des plus recherchés par les ados, c’est aussi parce qu’il est moins embarassant de poser certaines questions à l’ordi qu’aux copains ou aux adultes qui vous entourent. Reste à espérer qu’ils obtiennent des réponses pertinentes et sérieuses.

En France, les réponses sont sur le site filsantejeunes pour tous les sujets et pour ce qui concerne la sexualité aussi sur le site onsexprime.fr édité par l’Institut National de Prévention et d’Education à la Santé.




Sur le web un jour, des traces pour toujours ? Une idée intéressante, mais une réalisation ratée

Pas de doute, il est indispensable d’informer les jeunes sur la nécessité d’être prudent lorsqu’on publie sur le net, que ce soit sur les blogs, les réseaux sociaux ou ailleurs. Textes, photos ou vidéos.

Mais je ne pense pas que la campagne que vient de concocter la Cnil, je publie, je réfléchis, va beaucoup y contribuer.

La photo du jeune déchiré ça va, ça parle, mais la projection dans l’avenir : le jeune devenu cadre dans une entreprise et qui fait une présentation, ça va parler à combien de collégiens et lycéens ?

Et les 10 conseils clés rédigés dans un langage bureaucratique, combien vont les comprendre ?

Et l

Les tweens : 8 à 14 ans, sont surprenants : techno tradi, conscients des contraintes économiques, attachés à leur famille et écolo

Disney a commandité une étude durant laquelle plus de 3000 8 à 14 ans des grands pays européens ont été interviewés (UK, France, Allemagne, Italie, Pologne et Espagne Spain). Ils voulaient mieux comprendre cette « génération » qu’ils appellent XD pour lancer une nouvelle chaîne à leur intention.

Ils sont nés dans l’univers digital. Ils ont vu plus de nouveaux produits technologiques arriver durant leurs premières années que n’importe quelle autre génération précédente. Ils n’imaginent pas un monde sans jeux vidéo, téléphone mobile ou média sociaux.

Digital native, mais appréciant les interactions ayant lieu en face à face dans le monde physique.
– La réunion physique est encore le moyen préféré de rencontrer les amis (30%) bien au dessus des textos (15%), le chat (14%) et le téléphone mobile (8%)
– 95% pensent qu’internet et les ordinateurs sont importants pour lui.
– 53% pensent qu’internet améliore leur vie en les aidant à parler à leurs amis en dehors de l’école.
– 44% disent qu’internet rend plus facile de rester en contact avec les amis.
– Jouer est l’usage le plus commun d’internet (74%), ensuite ce sont les devoirs (59%)

• Mini-Preneurs –  Economiquement, ils sont prudents et entreprenants.
– 70% économisent leur argent de poche plutôt que les dépenser tout de suite.
– 64% préfèreraient travailler pour eux que pour quelqu’un d’autre lorsqu’ils seront adultes.

• Valeur racine – Malgré la culture des célébrités dans lesquels ils ont baigné, ils ont de fortes valeurs familiales et aspirent à exercer des métiers traditionnels plutôt qu’à poursuivre la célébrité.
– Le top 5 des métiers : vétérinaire, prof, footballeur, docteur et officier de police
– Dans chaque pays, la personne qu’ils admirent le plus est leur mère à 43%, suivi de leur père à 30%

• Ecolo – Cette génération dit que s’occuper de l’environnement est important
– 97% of XDs pensent qu’ils est important de s’occuper de la planète et 74% recyclent régulièrement

Pour que la Génération M2 comme Maxi Media ne devienne pas R2 comme rachitique ratatiné

La fondation Kaiser pour la famille a surveillé l’usage des média par les enfants et adolescents américains de 8 0 18 ans

Le résultat est effarant par l’ampleur de l’évolution qu’il traduit.

Il y a cinq ans, ils passaient déjà 6 heures et demi par jour devant des écrans, ce qui paraissait énorme. Ils sont aujourd’hui à 7 heures et demi. Et comme, par moment, ils consomment plusieurs écrans à la fois, la somme totale d’écrans quotidien est près de 11 heures !

Sans conteste, l’écran fait désormais presque autant partie de leur environnement que l’air qu’ils respirent.

Consommations principales :
Contenu tv : 4,5 heures
Musique :  2,5 heures
Ordi : 1,5
Jeux vidéos : 1,13

Le rapport Kaiser

Dans le même temps, les scientifiques anglais observent une résurgence inquiétante du rachitisme liée à la mauvaise qualité de l’alimentation combinée aux longues heures passées à l’intérieur à jouer aux jeux vidéos et regarder la télévision.

Il devient un enjeu de santé publique d’éduquer les enfants à aller jouer dehors et d’informer les parents que garder ses enfants à l’intérieur pour les prémunir contre des dangers parfois fantasmatiques conduit à leur en faire subir de réels : surpoids, mauvaise condition physique mais aussi mauvais développement émotionnel.

Ils ont besoin de courir, sauter, rouler, glisser, marcher dans l’herbe pour apprendre à habiter leur corps avec le plus d’aisance possible.

Ils ont aussi besoin de jouer à faire semblant hors des écrans pour apprendre à distinguer le vrai du faux et décoder les images projetées par les écrans.

Jeunesse et internet : vie privée, impudeur, transparence, exhibitionnisme, désinhibition

Un reportage provocateur et inutile dans envoyé spécial jeudi soir, centré autour d’anecdotes extrêmes (publication sur internet de la fête débridée de jeunes bourgeois d’ordinaire bien sages ou de sextapes ). Pour finir par dire que les ados restent sentimentalement réservés et maladroits et que leur sexualité ne diffère pas de celle de la génération précédente en précocité ou hardiesse.

Un article à lire, posé et profond dans Le Monde de ce jour dans lequel Jean-Marc Manach, sous le titre « vie privée : le point de vue des petits cons »  analyse, le passage de la génération des parents à celle des transparents (expression de Josh Freed) qui ont commencé leur vie sur écran in utero (échographie).

Selon Elizabeth Denham, commissaire adjointe à la protection de la vie privée du Canada, habitués à être regardés, filmés, et photographiés, avant même que d’être nés, les jeunes se retrouvent aujourd’hui à « se demander si les choses se passent réellement quand personne ne les regarde« .

Dès 2006, Danah Boyd faisait remarquer que l’espace privé des ados était sans cesse surveillé par parents et enseignants, ce qui expliquait que cette notion n’existe pas vraiment pour eux.

Les enfants cherchent à se rendre invisibles de ceux qui disposent d’un pouvoir direct sur eux (parents, enseignants, etc.), ils s’exposent joyeusement auprès de leurs pairs mais si on leur donne le choix, ils préfèreraient le partage avec les pairs sans l’oeil de Moscou dans des espaces physiques que dans des espaces numériques.

Les adultes doivent réapprendre à se comporter en public, du fait des changements indus par les technologies, les ados, eux, apprennent à se comporter en public grâce aux (et avec les) technologies.

Et ils expérimentent quelque chose de radicalement nouveau selon Emily Nussbaum : Un nombre considérable de jeunes gens partagent publiquement plus de données personnelles qu’aucune personne plus âgée ne l’a jamais fait, et ils semblent pourtant mystérieusement en bonne santé et normaux, et dotés d’une définition totalement différente de la vie privée. De leur point de vue, le narcissisme, c’est la prudence extrême de l’ancienne génération.

Ils se perçoivent comme ayant un auditoire
Ils ont archivé leur adolescence et ont partagé cette archive.
Ils sont habitués à un langage assez brûtal

Pour Jackson (cofondateur Vimeo),  l’internet est un espace où le fait de se montrer les seins nus n’a pas grande importance, mais où tout un chacun peut se faire connaître, gagner de l’attention et de la réputation, en se montrant sous un jour un peu plus vulnérable. Dans le même temps, ceux qui y agissent comme des porcs seront aussi perçus comme des porcs.

En ce qui concerne les risques que leurs traces leur font courir (jugement employeur, enfants un jour), ils estiment qu’ils sont bien plus faibles que les bénéfices ’entrer en contact avec les autres, ou de maintenir et prolonger ce contact, de trouver un(e) petit(e) ami(e), d’être félicité pour la qualité des photographies, voire d’être repéré par un futur employeur…’

Par ailleurs, ils sont conscients d’avoir un public,  et ils apprennent à la maîtriser et contrôler leur image comme des people.

Isabelle Galy lors de sa conférence au café des usages l’a bien dit : Facebook, c’est nous sommes tous des people.

Quant au marronnier journalistique des pervers pédophiles traquant les jeunes sur le net, il passe sous silence que c’est avant tout et de très loin dans la vie réelle que les jeunes sont maltraités et agressés sexuellement et, le plus souvent, par des personnes de leur entourage proche !

Et il entretient les adultes dans une phobie nuisible au dialogue constructif que les parents devraient avoir avec leurs enfants.

En fin d’article, le journaliste ouvre la piste d’une co-construction de la formation à la gestion des données et de l’identité en ligne.

Comment les ados européens de 12 à 17 ans et notamment français regardent la télé et surfent sur internet

conciliabuleBeaucoup :  la télé reste le premier média consommé en heures, 10,3 par semaine en moyenne sauf si l’on combine le temps passé à jouer en ligne ou sur une console : 11,7 heures. Mais,  Internet n’est cependant pas loin : 9,1 heures (hors recherches scolaires).
Entre 17 et 20 h, 65% des ados français regardent la télé, 77% surfent sur internet, 57% jouent sur pc.

De façon sociale, très sociale même : Ils sont de grands visiteurs des réseaux sociaux (44% d’entre eux visitent au moins une fois par semaine Facebook),  mais aussi lecteurs de blogs (30% d’entre eux les lisent au moins une fois par semaine, 45% pour les français qui sont aussi 32% à poster et 29% à commenter) mais, tout comme ils aiment regarder la télé à plusieurs, ils aiment aussi visiter les réseaux sociaux à plusieurs, voire faire les deux à la fois.

surfadoEt pas de façon exclusive : La contemplation quasi religieuse de l’écran est bien morte en ce qui les concerne.  La grande majorité des ados européens font quelque chose d’autre en même temps qu’ils surfent sur le net. 50% écoutent de la musique,  45 % regardent la télé. Ils aiment discuter en ligne de ce qu’ils regardent à la télé en même temps qu’ils le regardent, 47% le font.
Et les chiffres de multi-activité des jeunes français sont encore plus élevés : 60% écoutent de la musique, 50% regardent la télé, 47% (vs 41) téléphonent et 52% discutent en ligne de ce qu’ils regardent à lé télé.
Seulement 7% des ados français surfent sur le net de façon exclusive !

Données basées sur une étude Forrester (Basée sur l’étude de près de  1,400 utilisateurs d’ internet âgés de  12 à 17 ans  (UK, France, Allemagne, Italie,  Espagne, Pays-Bas et Suède)

Le résumé de l’étude Forrester

A propos de blogs : quelques conseils aux juniors

Créer un blog, c’est une très bonne idée.

A certaines conditions

RESPECT ABSOLU DE CERTAINES REGLES DE SECURITE

Tu es un geek ou un de tes parents, tu vas avoir ton blog à toi et pas un blog créé sur une plate-forme collective et tu vas pouvoir le personnaliser vraiment à ton goût.
Attention : ce genre de blogs est une proie pour les spammeurs. Il est indispensable de mettre en place des outils de protection contre le spam.

Que ton blog soit fait maison ou créé sur une plate-forme collective (genre skyblog), te voici devenu responsable de ce qui se publie sur ton espace que ce soit écrit par toi, tes copains ou un inconnu passé par là. A toi de contrôler ce que tu mets en ligne pour respecter la loi, mais aussi ce que publient les autres ! Il va donc falloir que tu surveilles les commentaires en plus de tes posts.
– Pas de propos sexistes, racistes, homophobes ou pornographiques.
– Pas de diffamation. Interdit d’écrire du mal de gens dont on donne le nom ou qu’il serait très facile de reconnaître.
– Pas de photos ou d’informations personnelles concernant d’autres personnes que toi publiées sans leur autorisation (photos, téléphone, etc…)

EFFORTS DE REDACTION

Prendre l’habitude d’exprimer ses pensées et de formuler ses idées par écrit est une excellente chose et te sera forcément utile à condition de ne pas se contenter de langage sms ou d’un sabir compréhensible seulement de toi et de quelques relations parce que si ta langue naturelle à l’écrit devient ce charabia, tu auras encore plus de mal à rédiger tes copies dans le français que tes profs attendent !

NE PAS EN ATTENDRE TROP

Si tu as un problème, raconter tes tourments et tes états d’âme sur ton blog, ça fait du bien, mais
– ça ne remplace pas le fait de se confier à un parent, un ami ou un professionnel (infirmière, assistante sociale, …) qui pourra t’aider
– ne compte pas sur tes visiteurs pour résoudre tes difficultés
– méfie-toi des gens qui pourraient utiliser ton désarroi pour te faire du mal
– demande-toi de temps en temps si tu ne parles pas trop de ce qui va mal en oubliant ce qui va bien. Attention à ne pas te noyer dans tes propres larmes comme Alice au pays des merveilles.

Allez bon blog à toi !

Le meilleur logiciel de contrôle parental, c’est … le parent

Le dialogue avec le parent, sa présence.

Aucune machine ne peut remplacer l’attention des éducateurs à ce que font les enfants.

L’enfant peut se trouver exposé à des contenus perturbants en surfant ailleurs qu’à son domicile, sur une autre machine que celle qui est protégée, en utilisant une session qui ne lui est pas destinée, …

Et surtout l’enfant devient vite ado, le logiciel de contrôle parental ne sert plus à rien . Et c’est  à ce moment de sa vie où il est le plus “intéressant” pour les prédateurs qu’il est le plus difficile de parler avec lui. Il faut donc qu’il ait bien intériorisé les messages de sécurité qu’on souhaitait lui faire passer avant d’atteindre cette étape de sa vie.